" />

A U B E . L

19 décembre 2014

+ Albums Aube L

Pendant tout le mois de décembre, tous mes albums sont à 7 euros, alors profitez en pour offrir la découverte !
Les frais de port sont de 1 euros par album.
Vous pouvez passer par paypal ou m'envoyer directement un chèque sans oublier votre adresse!!

During the month of december, all my CDs are 7 euros, so enjoy to offer discovery! Shipping costs are 1 euros per CD.


Aube Lalvée
3 impasse du Nord
94170 Le Perreux sur Marne
FRANCE

 

2014 - LP : Time for the Happiness : 7E

 2014 - LP : Un Coeur Sauvage, la Trilogie

2013 - LP : Wake up the joy : 7E

2012 - LP : Stars in your scars : 7E

2011 - LP : I am : 7E

2010 - LP : Souls to the wind : 7E

 2009 - LP : Life : stock épuisé
disponible sur toutes les plateformes de téléchargement


24 novembre 2014

+ "Time for the happiness" sur AMALGAME MUSICAL

C'est avec l'album de Aube L qu'on se retrouve pour cette première chronique du mois de novembre.

 

Après un premier album avec lequel elle nous avait déjà émerveillés, Aube L revient avec une nouvelle production intitulée "Time for the Happiness". L'auteur, compositrice, interprète, tout droit venu de Paris, nous transporte dans son univers musical où se rencontrent sonorités électro, un peu rock, et douces à souhait avec toujours cette particularité qui lui est propre.

 

C'est avec "Cross the line" que s'ouvre l'opus de 8 titres. C'est une belle intro, où prend place une instrumentale d'une grande envergure. Il se dégage quelque chose de sublime à la fois très fin, subtile et très doux.

L'écoute se poursuit avec "Time for the Happiness". Nous y retrouvons des sonorités électro légèrement accompagnées d'une batterie qui trouve sa place. Quant à la voix, elle nous transporte, mais nous le savons, c'est un risque que nous prenons volontiers quand on se lance dans l'écoute d'un titre d'Aube. Une voix bien singulière, accompagnée par une autre voix masculine à la hauteur de celle de l'artiste. Les deux voix nous font faire les montagnes russes avec des montées dans les aigus exceptionnelles puis un retour au grave majestueux qui nous montrent un peu plus l'étendue du talent. Aube L, c'est à la fois la force et la fragilité, la puissance et la sensibilité ... tout un paradoxe dont on ne se lasse pas.

Après son talent vocal incontestable, Aube nous montre son talent de compositrice et de musicienne avec "On the Road". Un titre somptueux avec un passage instrumental où l'on porte tout particulièrement attention à la mélodie. Le passage électro prend sa place parfaitement et le tout reste très sobre, simple, juste ce qu'il fait. L'artiste n'en fait pas des tonnes, elle maîtrise parfaitement ce qu'elle fait, assemble subtilement le tout, pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

"A way to smile" propose quelque chose de tout à fait différent là encore, avec une mélodie plus douce, on croirait entendre une boîte à musique au ralenti. La mélodie semble plus nostalgique. Elle s'associe à une voix qui fait passer de belle émotion et les variations du piano nous subjuguent une nouvelle fois. C'est un titre à la fois intense et sensible, tout bonnement impressionnant.

Puis "Broken Walls" ne nous transporte pas à proprement parler dans un autre univers mais plutôt dans un autre temps. Le titre est à nouveau un passage instrumental dans lequel l'artiste exprime tout son talent de musicienne.

Un talent qu'on continuera de découvrir avec "To the sky" qui nous proposera une nouvelle ambiance le temps d'une instrumentale.

"Dust of Stars" nous coupe dans la découverte du talent musical de l'artiste avec cette fois-ci un titre consacré entièrement au chant. Un chant spirituel, aérien, qui nous transporte ailleurs.

"Serendipity" clôture parfaitement cet album. Un titre qui pourrait être qualifié par bien des adjectifs mais le meilleur reste sans doute "Magnifique"

 

Alors, que retenir de cette production?

Nous n'en attendions pas moins d'Aube L car elle nous avait déjà donné un avant goût de son talent avec un premier opus. Mais l'artiste arrive toujours à nous surprendre tout d'abord avec cet album dans lequel elle choisit de nous faire partager à la fois sa performance vocale mais également de musicienne. Du coup, nous sommes un peu déçue de ne pas avoir entendu plus la voix d'Aube qui est si singulière, mais nous sommes ravies d'avoir découvert son talent de compositrice. Finalement la seule chose qu'on regrette c'est seulement de n'avoir que 8 titres car l'album paraît court étant donné le potentiel de l'artiste. Une artiste dont c'est toujours un plaisir de découvrir les productions.

 

http://www.aubel.biz/

http://amalgamemusicalwebzine.blogspot.fr/2014/11/aube-l-novembre-2014.html

 

+ "Time for the happiness" sur HEBDOBLOG

Time for the happiness, nouvel album de AUBE L

Le nouvel album de AUBE L, Time for the happiness à écouter sur bandcamp est certainement le meilleur moment de cette journée, une journée passée comme bien d’autres en musique, mais qui approche de la fin avec un bel instant de pur bonheur!

Time for the happiness c’est un album qui vous donne envie d’en découvrir plus sur l’artiste, de la croiser sur scène, simplement pour découvrir cet univers incroyable que l’on imagine à l’écoute de cet album qui est forcément à l’image de Aube Lalvée qui en tant qu’auteur, compositeur et interprète est au centre de tout ce que l’on entend, à la façon d’une femme orchestre (qui d’ailleurs est bien là sur scène).

Aube Lalvée est aussi multi-instrumentiste (guitare, violon, batterie) et chanteuse.
aube-l
Une musique plutôt électro rock mais qui parfois s’échappe pour parcourir un univers plus féerique ou mélancolique, et oui les deux sensations si différentes semblent se croiser de temps en temps sur cet album qui puise dans des styles musicaux bien différents pour arriver à ses fins!

Mais il y a ce petit quelque chose qui fait de cette musique un film, les images jaillissent de chaque note.
Et le chant dans tout ça? Et bien avec une voix pareille on découvre avec plaisir cet univers plutôt troublant et touchant, une voix qui devrait vous évoquer Bjork ou encore Sigur ros.

Des textes qui nous parlent de la vie, de l’amour, de la douleur, de la mort mais aussi de l’espoir qui est forcément toujours là même dans un coin.

 

Les titres que l’on a retenu:

Avec Dust of star on entre carrément dans une cathédrale pour un moment vocal étonnant, fermez les yeux…

Time for the happiness c’est l’instant tendresse de cet album, car l’amour c’est vrai, peu importe avec qui on le partage, il rend heureux.

On the road nous emporte à grande vitesse dans un voyage imaginaire.

A way to smile c’est cette boite à musique que l’on aime ouvrir de temps en temps, juste pour le plaisir des yeux et des oreilles, juste pour ouvrir notre esprit sur nos souvenirs…

Je vous laisse découvrir ce nouvel album, et pour en savoir plus direction son site officiel

18 novembre 2014

+ "Time for the happiness" A découvrir Absolument (2014)

Time for the happiness carré 1448


Aube L
“Time for the Happiness” (Site)

rédigé par Yan Kouton

Un chant aux inflexions parfois liturgiques, une voix cristalline, intimiste puis intense...Qui se déploie dans un univers électro-pop. De fines mélodies tissées dans la matière la plus délicate qui se révèle rock…Du classique au jazz…A l’électro donc. L’ébouriffante musique d’Aube L n’est pourtant pas un collage artificiel, un simple patchwork à la virtuosité vaine. C’est tout le contraire. C’est de l’émotion en barre.

Un exceptionnel univers sonore qu’elle décline et incarne seule. De toutes ses fibres, de toute son âme, qu’elle communique à ses instruments, maîtrisés comme elle respire. Et le résultat est surnaturel. Il faut écouter Aube L. Il faut la voir aussi. Manipuler ses claviers, et les cordes. Faire (re)naître ses chansons, leur donner vie d’une manière si belle, si fervente qu’elles s’en trouvent transcender. Non pas transfigurer, parce que ce sont les mêmes pépites aériennes, tantôt graciles, tantôt énergiques, mais c’est une expérience qui permet de saisir l’ampleur et la beauté des compositions.

On peut référencer, affilier…Trouver des analogies, mais c’est (définitivement) inutile. Il suffit de laisser la magie opérer, la technique sans faille d’Aube L s’émouvoir et s’épanouir et, de titre en titre, créer une merveille.



13 novembre 2014

+ Aube L sur "A Livre Ouvert"

Interview de l’artiste Aube L

®LaurenceBarriol

®LaurenceBarriol

Elle dégage une énergie folle, son sourire est communicatif et elle pourrait parler de musique pendant des heures. Normal : la musique, Aube L en a fait sa vie. Chanteuse multi-instrumentiste, habitée par son projet musical, elle trace sa propre voie/voix depuis déjà quatre disques. Une carrière en solo jalonnée par des concerts, de belles rencontres et une passion qui ne la quitte jamais. A l’occasion de la sortie de son nouvel album Time for the happiness, j’ai posé quelques questions à Aube sur les deux éléments fondateurs de sa vie : la musique et l’écriture. Une artiste avec un grand A dont la générosité, l’inspiration et la spontanéité ne manqueront pas de vous charmer !

 Tout d’abord, peux-tu nous parler un peu de toi, de ton parcours ? Je crois savoir que tu as fait des études littéraires…

J’ai la sensation que tous les changements importants de ma vie ont eue lieu par « hasard ». Lorsque j’ai eu mon bac, à vingt ans, je ne savais qu’une seule chose : j’aimais lire et écrire Alors, je suis allée à la fac de lettres et dans le bus, j’ai rencontré une fille qui m’a parlé de ses études et de sa spécialisation en écriture. C’était exactement ce que je voulais ! Mon rêve, depuis mon enfance, était d’être édité. Je me suis donc inscrite dans la même filière que cette fille dans l’idée d’apprendre à écrire et d’aller vers un compromis, le journalisme, en attendant d’être édité.

Comment es-tu entré dans la musique ? A quel moment as-tu eu le déclic et as-tu su que c’était ce que tu voulais faire ?

Enfant, j’ai appris le violon au conservatoire et j’ai arrêté à mes 13 ans. Avec, j’ai eu mes premières expériences de « communion » avec quelque chose de plus grand que soi en jouant dans l’orchestre. Pour moi, c’était très impressionnant comme sensation de jouer avec 40 musiciens ! Ca te donne une impression d’immensité et de force qu’on ne peut pas oublier !

J’ai donc arrêté à 13 ans et n’ai plus joué de musique jusqu’à mes 23 ans. Là encore, le « hasard » a ramené la musique dans ma vie par le biais d’une guitare. J’avais offert une guitare à une amie et coloc, elle prenait des cours et je la voyais s’entrainer. Un jour, j’en ai eu marre de la regarder et j’ai eu envie moi aussi d’y jouer. Je suis allée m’en acheter une et là, ce fût la révélation ! Chaque note en entrainait une autre dans ma tête, j’avais la sensation d’avoir ouvert la porte sur une partie de moi qui attendait depuis toujours d’être révélée. Je me suis laissée allée à cette rencontre avec cette partie de moi et au fur et à mesure, elle s’est confirmée essentielle.

®LaurenceBarriol

®LaurenceBarriol

Tu chantes principalement en anglais : qu’est-ce qui t’attire dans cette langue ? Pourquoi ne pas utiliser le français ?

J’ai commencé par faire de la musique instrumentale puis, par « hasard » aussi je me suis mise à chanter. J’ai abordé la voix comme un autre instrument finalement. En apprenant à le connaitre j’ai fini par sentir que l’anglais, ses sonorités toutes en courbes, laissait le champ (chant) ouvert. Le français, qui est une langue que j’adore, est plus en cassures, en ruptures, les sonorités sont plus sèches que l’anglais. Ce qui donne un chant totalement différent. Enfin, pour moi !

Dirais-tu que le fait d’utiliser une langue étrangère, c’est une forme de pudeur ? Qu’on ne se livre pas de la même manière que dans sa langue maternelle ?

Outre les différentes possibilités qu’offrent les langues, il y a aussi effectivement une histoire de pudeur. Lorsque je chante en français, je suis dans le sens alors qu’en anglais, je suis dans la sensation. C’est fou comme ces mots sont proches d’ailleurs !

 Peux-tu nous expliquer ta méthode de travail quand tu écris une chanson ? Est-ce que tu pars du texte ou bien de la mélodie ?

Je n’écris une chanson que lorsque j’en ai le texte. Ensuite, le texte s’en trouve modifié, un peu, beaucoup, cela dépend des rythmes à ajuster… Et lorsque je fais une musique instrumentale, le titre ne vient qu’après. Je découvre le sens de mes émotions après.

®LaurenceBarriol

®LaurenceBarriol

Quand tu travailles sur un album, est-ce que tu veux articuler toutes les chansons entre elles un peu comme différents chapitres d’un roman, ou dirais-tu que ce sont des histoires séparées comme dans un recueil de nouvelles ?

J’adore ta question ! J’ai toujours voulu donner un sens à mes albums, leur faire suivre le cours d’une histoire. Après, c’est comme tout, on y arrive mieux avec le temps et l’expérience ! Je pense que j’ai vraiment réussi avec « Time for the happiness ».

As-tu des sources d’inspiration particulières, des artistes musicaux ou des auteurs qui t’ont influencé ?

Ma source principale d’inspiration est la vie, notre parcours d’être humain pour arriver à être soi, heureux dans le monde, en dépit de tout ce qui nous éloigne de nous même. Dans mes textes, je parle beaucoup de mon expérience de vie et je sais qu’elle résonne forcément avec celle de chacun. Quand on est jeune, on pense être seule à traverser certaines choses et en grandissant, on prend conscience à quel point toutes les trajectoires se ressemblent. Nous traversons tous les mêmes épreuves, ce sont juste les situations qui diffèrent, uniques et semblables à la fois. Cette prise de conscience nous ouvre à l’Autre. Lorsque j’écoute une musique, découvre un livre, un film, un tableau, je suis sensible à la vie qui s’en dégage, à l’être humain qui est derrière.

Plusieurs artistes ont mis en musique des textes célèbres (Etienne Daho avec Sur mon cou de Genêt, Mylène Farmer avec L’Horloge de Baudelaire…). Aurais-tu l’envie de travailler un texte en musique ? Si oui, quel texte choisirais-tu ?

Je ne me suis pas encore posée la question mais j’imagine que j’irai voir du côté de Rilke. C’est un auteur qui m’a énormément influencé dans mes 20 ans et que je trouve toujours aussi juste et pertinent.

Quels sont tes prochains projets ?

Là, maintenant que l’album est sorti, je vais profiter un peu du présent parce qu’on se perd un peu à se projeter. C’est sûr que j’aimerai tellement que cet album soit celui qui m’introduise auprès d’un public plus large ! J’aimerai aussi faire LA rencontre professionnelle qui me permettrait de jouer dans des lieux encore plus grands et d’être distribuée partout !

Tu as une magnifique bibliothèque remplie de livres. Peux-tu nous dire quelle a été ta dernière lecture coup de cœur ?

Merci ! Mon dernier coup de cœur est Vu de l’extérieur de Catherine Pancol. J’aime beaucoup cette auteure pour son style et ses histoires résolument ancrées dans le vivant. Vu de l’extérieur est une reconstruction, une traversée des apparences comme je les aime.

Un grand merci à Aube L pour son temps et ses réponses. J’espère que cette rencontre vous donnera l’envie de découvrir sa musique. Pour en savoir plus sur Aube L et découvrir sa musique, rendez-vous sur son site www.aubel.biz. Sachez aussi que ses clips sont disponibles sur Youtube, avec un gros coup de coeur pour Time for the Happiness.

12 novembre 2014

+ Chandelier SIA Cover

Posté par Aube_lalvee à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 octobre 2014

+ "Time for the happiness" sur MusicZine (2014)

Écrit par Akim Serar - mardi, 28 octobre 2014

Time for the happiness carré 1448Aube Lalvée
Pop/Rock
Autoproduction

On nous a donc menti ?

Depuis le temps qu’on est persuadé que le bonheur, c’est chiant.

Non, pas pour ceux qui le vivent.

Non.

Plutôt pour nous qui sommes parfois forcés d’écouter ces heureux qui n’ont plus rien à dire.

On pensait que le bonheur tuait toute créativité, on le devinait sans pitié pour l’imagination, tel un grand anesthésiant du génie de l’artiste.

En plus, on avait plein d’exemples qui corroboraient nos appréhensions sur le bonheur.

Et puis, d’album en album, Aube Lalvée nous prouve le contraire.

D’album en album, elle découvre le bonheur.

D’album en album, en se découvrant, elle nous couvre de bonheur.

Pas le truc guimauve et dégoulinant qui colle aux dents.

Non. Plutôt ce truc vivifiant et qui fait chaud dedans.

Une chaleur graduelle.

Parce que forcément, le bonheur, ça ne vient pas comme ça.

Il faut d’ailleurs souffrir un minimum pour y goûter à ce fameux bonheur.

Ça s’appelle le chemin.

Et du chemin, Aube en a parcouru avant d’arriver à cet état extatique.

Alors, forcément, quand elle partage ce bonheur, non seulement, il est communicatif, mais en plus, on en perçoit encore toute sa fragilité, toute sa beauté délicate.

On devine ses veines sous la peau laiteuse, et on les imagine courir jusqu’à cet immense cœur, qui se gonfle, nourri par l’amour.

« Time For The Happiness ». Notez bien l’importance du déterminant.

Ce ‘THE’, il est important. Parce qu’il ne s’agit pas de n’importe quel bonheur.

Tout comme dans la discographie d’Aube, ce sixième opus est donc déterminant.

Parce qu’il ne s’agit pas de n’importe quel album.

C’est celui de l’éclosion, de la révélation.

Non pas au monde (lui, il attendra), mais à elle-même.

Des disques qu’elle enchaîne toujours aussi rapidement.

Une collection généreuse mais pas prolixe.

Chacun des œuvres précédentes révélant le chemin.

Jusqu’à nous mener ici.

En sa compagnie, en haut de cet escalier en colimaçon, dont les marches se dessinent au fur et mesure sous les pieds.

Mélange d’électronique et d’organique, cet album dépeint ce point frontière entre réel et irréel, ce point tangible où l’ivresse devient satiété.

Ou la peur s’estompe et devient moins effrayante.

Où le doute qui s’immisce en tout, qui s’immisce en nous, se laisse apprivoiser.

Cet instant propice où l’abandon nous fait lâcher prise.

Invitation à passer cette limite, le premier titre s’intitule fort justement « Cross The Line ».

C’est un instrumental vaporeux, empreint de magie.

S’ensuit alors le thème principal de ce long playing, développé dans ce titre-phare, car lumineux dans la nuit : « Time For The Happiness ».

‘Happiness’not an easy way’. Non. Point de facilité, ici.

La voix, qui joue à travers différents registres, s’élève et nous surplombe.

Car la vue est plus dégagée là haut, et permet de voir venir.

Et on se rend compte très rapidement du tour de force extraordinaire de cet essai.

Celui de marier dans les mêmes harmonies joie et tristesse, comme un soleil éblouissant au creux de nuages que peu à peu le vent viendrait à chasser.

Car il émane une mélancolie de chaque titre, légère et impalpable.

Selon l’humeur, on percevra donc ces huit morceaux, ces huit éclats de vie, de manière différente.

Écoutes après écoutes, on se surprendra à le découvrir et on découvrira combien il peut encore nous surprendre.

Enregistré et produit par Aube elle-même dans son propre studio, niché entre ses murs parisiens, il marque donc une transition dans le travail d’Aube.

Une évolution qui ressemble à une mue.

Certaines sonorités ne sont pas sans rappeler The XX, certains climats aussi.

C’est sans doute le seul lien tangible que je puisse établir avec une quelconque scène.

Quant à la scène, c’est sans doute la seule chose qu’Aube ne partage pas.

Assumant tous les rôles, cette délicieuse femme orchestre son univers autour de ses instruments.

Prenez donc, puisque c’est offert !

Goûtez-y à ce bonheur, il ne se refuse pas.

Découvrez la, elle n’attend que ça.

Le succès, lui, peut se refuser à elle.

Mais pas vous !

Non, car personne ne devrait se refuser à Aube L.

28 octobre 2014

= "Time for the happiness" sur Unknown Pleasures

Aube L "Time for the happiness"

Publié le 21 octobre 2014 par Curtis Spirit

Time for the happiness carré 1448

Rien ne prédestinait Aube Lalvée alias Aube L, à faire de la scène. C'est le fruit des rencontres et du hasard qui fait parfois bien les choses. Et pourtant, enfant, elle pratique le violon pendant quelques années mais elle délaisse la musique vers ses treize ans. C'est en s'intéressant au théâtre et à la création vidéo qu'elle reviendra petit à petit à la musique.

Elle commence par composer des musiques pour le spectacle vivant, ce qui expliquera par la suite l'univers cinématographique de sa musique. Mais c'est bien le chant et le timbre si particulier de sa voix qui la convaincront définitivement de monter seule sur scène pour "partager" comme elle le dit si bien, sa musique et ses émotions.

Son nouvel album auto-produit, "Time for the happiness", est paru le 1er octobre dernier. Comme ses albums précédents, c'est tout d'abord l'émotion qui l'emporte, derrière sa musique electro, portée par sa voix touchante et puissante. On pense bien sûr à Sigur Ros et surtout à Antony and the Johnsons.

Aube L raconte la vie, ses joies mais aussi ses tristesses, ses blessures. Par moment, sa musique devient presque mystique, à l'image du titre "Hold Me", sur l'album "Wake up the joy", où on ne sait pas si elle implore l'être aimé ou un ange protecteur qui veillerait sur elle:

until your fire warms me

Slide your hands slowly…

I fly away beyond the cold,

beyond my memory

Hold me, hold me hardly

against your heart…

Aube Lalvée est auteur, compositeur et interprète. Sur scène, Aube joue du clavier, de la guitare, du violon et elle utilise un sampler. Une grande humanité se dégage de ses chansons qui nous transportent dans l'intime et le sensible.



Fin »